Untitled Document
Menu Principal
Accueil
Comparateur
Le pire du Tuning
 
Citroën> Xantia 1.8 16v (1996-1998): Tout est dans la boîte

Apparue en 1993, la Xantia a connu un joli succès en France. Encore très présente sur le marché de l'occasion, la berline de Citroën se négocie à bas prix. Mais ses qualités sont-elles demeurées intactes ? Vérification au volant d'une 1.8 16v Athéna de 1997.

Autrefois élégantes, les lignes de la Xantia commencent sérieusement à accuser le poids des ans, notamment pour ce qui est de cette version non restylée. Basée sur la finition SX, la série spéciale Athéna donne tout de même un petit coup de jeune à la Xantia. Les anti brouillards offrent un supplément de caractère à la face avant tandis que les protections et les boucliers intégralement peints allègent sensiblement la ligne. Néanmoins, ainsi gréée, la Xantia se révèle particulièrement exposée aux petits chocs comme en atteste les nombreuses éraflures de notre exemplaire d'essai.

L'habitacle ne fait pas dans la fantaisie. D'un design assez conventionnel, la planche de bord était pourtant totalement révolutionnaire… pour une Citroën ! La Xantia a été la première voiture frappée du double chevron à abandonner le légendaire satellite. L'ensemble vieilli plutôt bien si ce n'est la barre de maintien et les commandes de climatisation (régulée) qui ancrent la voiture dans les années 90. Les assemblages laissent parfois à désirer sur les versions qui ont précédé le restylage. En revanche, les matériaux utilisés ne méritent que des éloges. La planche de bord comme les contres portes utilisent des plastiques généreusement rembourrés.

La position de conduite est bonne malgré le volant non réglable en profondeur. La finition Athéna propose des sièges équipés d'une jolie sellerie velours et alcantara. Ils offrent de surcroit un bon maintien latéral et proposent un confort moelleux pour 4 personnes. L'occupant de la place centrale arrière n'est pas particulièrement gâté et devra notamment se contenter d'une assise bombée. L'habitabilité ne mérite que des éloges. Si la garde au toit est juste correcte à l'arrière, l'espace dévolu aux jambes et le volume du coffre sont tout simplement excellents. Ajoutons à cela une banquette arrière rabattable 2/3- 1/3 et une trappe à ski. C'est Byzance ! Enfin presque, car le confort acoustique date d'une autre époque. Passé 3500 tr/min, le XU8JP4 fait entendre son timbre aigu. Mais le tout reste supportable à vitesse stabilisée. D'autant qu'en cinquième, le moteur tourne à seulement 2000 tr/min à 80 km/h et autour des 3000 tr/min à 130 km/h. Merci la boîte lonnnnnnnnnnnnngue !

Ce type de démultiplication ne présente pas que des avantages. La boîte est si longue qu'elle étouffe les 112 ch du 1.8 16v. En dessous de 2500 tr/min, il ne se passe pas grand-chose d'autant plus si la climatisation est en marche. La Xantia peine à la relance et il faut par conséquent cravacher la mécanique afin d'en tirer toute la quintessence. Cela oblige donc à faire usage de la boîte de vitesse de manière intensive. Cette dernière est assez directe et bien guidée mais les vitesses accrochent parfois. Fort heureusement, ce désagrément n'est pas systématique et les rapports passent généralement sans trop de soucis.

De la 1ère à la 3ème, le bloc XU se montre sous un meilleur jour passé 3500 tr/min. Une fois ce cap délicat passé, l'aiguille du compte tour part à l'assaut de la zone rouge avec un certain entrain. Cela ne suffit pas pour autant à affoler les chronos et il faudra 13.1s pour passer de 0 à 100km/h tandis que le 1000m départ arrêté est effectué en 32.8s. Par ailleurs, si les reprises restent correctes sur les intermédiaires (50 à 90 km en… 2ème et 80 à 120 en 3ème), il n'y aura point de salut en 4ème et 5ème. En dépit de la bonne volonté de ce bloc, la Xantia y fait preuve d'une mollesse inquiétante avec des reprises que nous n'hésiterons pas à qualifier de dangereuses. Ne comptez pas moins de 23,5s pour passer de 80 à 120 km/h sur l'ultime rapport !

A la pompe, il n'y a pas de miracle non plus. La boîte longue ne tient pas toutes ses promesses et les consommations s'envolent dès lors que la mécanique est mise à contribution. Il convient de tabler sur un bon 8,5 litres au 100 sur autoroute tandis que la consommation mixte s'établit à 8,8 litres au 100. Par bonheur, le 1,8 16v était également disponible avec une boîte courte (8/9 CV) que nous ne saurons que vous conseiller. A peine plus énergivore que la boîte longue (7 CV), cette version permet de mieux profiter des qualités du 1.8 16v et offre des performances dignes d'une berline familiale.

Sur le plan dynamique il est difficile de formuler un reproche à l'encontre de la Citroën Xantia. Malgré les petites roues (185/65 HR 14), la tenue de route est tout simplement royale. A l'instar de la 406, avec laquelle elle partage son châssis, la française donne l'impression de rouler sur des rails. Son comportement routier faisait référence dans sa catégorie et conserve aujourd'hui encore de très beaux restes. Sure et précise, elle propose de surcroit un excellent confort. La suspension hydraulique filtre parfaitement bien les moindres défauts de la chaussée. Le confort est moelleux tout en maintenant parfaitement bien le roulis et les mouvements de caisses. Les occupants sont choyés tandis que le conducteur prend son pied sur les portions sinueuses grâce notamment à l'essieu arrière à effet auto-directionnel. Proposée sur les routières de la marque depuis la DS19, la suspension hydraulique permet également de conserver une assiette constante même lorsque le véhicule est très chargé.

L'hydraulique commande également une direction assistée qui offre un bon feeling et les freins. Ces derniers sont confiés à 4 disques, dont deux ventilés sur l'essieu avant. Les distances d'arrêts sont honnêtes et l'endurance à l'échauffement est assez intéressante. En revanche, nous avons trouvé la pédale assez dure à l'attaque. Du coup, il est plus délicat de doser la puissance de freinage afin de ne pas bloquer les roues ! En 1997, l'A.B.S n'était malheureusement pas livré de série… Il est également regrettable que les freins se distinguent par leur caractère bruyant dès que le mercure commence à grimper.

Côté fiabilité, la Xantia est une voiture sans histoire. Le XU7JP4 a connu quelques cas de ruptures prématurés de la courroie de distribution et une consommation d'huile importante sur les premiers millésimes (1996 et 1997). Pour le reste cette mécanique jouit d'une bonne réputation et peut, avec un bon entretien, dépasser les 250 000 km ! Signalons néanmoins que le calculateur de notre version d'essai a dû être remplacé à 70 000 km après seulement 6 ans de fonctionnement.

Bien que lancée il y a presque 20 ans, la Citroën Xantia demeure une bonne familiale. Etouffé par la boîte longue, le 1,8 16v se montre sous un meilleurs jours lorsqu'il est associé à une boîte courte (9 CV). Les versions équipées de cette transmission sont clairement à privilégier.

Fiche Technique de la Citröen Xantia 1,8 16v(1996-1998)
Nombres de cylindres: 4 en ligne, 8 soupapes
Cylindrée: 1761 cm3
Puissance fiscale: 7 CV

Puissance maxi: 112 ch à 5500 tr/min

Couple Maxi: 16,1 mkg à 4250 tr/min
Vitesse Maxi: 187 km/h
Reprise 80 à 120km/h
14"4 en 4°
23"5 en 5°
Pneu : 185/65 HR14
Poids : 1268 kg
Prix : Neuf à l'époque à partir de 19513€ (127996F)

Hatem Ben Ayed alias Ramses2
(reproduction interdite)
17/05/2012

Toutes reproductions - même partielle - est strictement interdite sans ma préalable autorisation

Untitled Document Vous êtes 5 connectés sur lagalaxie.com