Untitled Document
Menu Principal
Accueil
Comparateur
Le pire du Tuning

 
Opel> Opel Vectra B (1998-2002): Berline oubliée


Bien qu’elle soit tombée en désuétude, la Galaxie Automobile vous propose de redécouvrir l’Opel Vectra B. La berline Allemande, lancée à la moitié des années 90, proposait des prestations convenables et un équipement généreux à un tarif concurrentiel.

Faisons un saut dans le passé ! Nous sommes à la moitié des années 90 et les berlines du segment M1 avaient encore le vent en poupe. Les stars de ce marché se nommaient alors BMW série 3 (e36), Mercedes Classe C (W202), Renault Laguna ou encore Citroën Xantia. Face à une telle concurrence, la vieillissante Opel Vectra A avait bien peu d’arguments à faire valoir.

L’Opel Vectra B avait donc pour mission de remettre les pendules à l’heure. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la nouvelle berline de Rüsselsheim s’est donné les moyens de séduire les familles. Son style, quoique désormais désuet, se voulait moderne comme en atteste ses rétroviseurs aérodynamiques dont l’intégration avec le capot se voulait originale. Si l’ensemble  restait finalement consensuel, l’Opel Vectra était plutôt plaisante à regarder. Du moins, cela était vrai pour la version à hayon car les lignes de la version tricorps étaient moins équilibrées en raison d’une malle qui semblaient avoir été ajoutée à la va vite.  Le restylage opéré en 1999 n’a rien gâché ! Bien au contraire, à cette occasion, la Vectra a gagné des optiques monoblocs et des boucliers plus modernes. Hélas, ce design assez typique de la fin des années 90 accuse désormais le poids des ans.


La planche de bord est également datée ! Le design de la planche de bord n’a jamais fait l’unanimité et cela ne s’est pas arrangé avec le temps. La finition et les assemblages ne reflétaient pas la « Deutch Qualitat » mais l’ensemble se montre relativement robuste. Le point fort de cette berline germanique est sans aucun doute son équipement plutôt bien fourni pour l’époque. Airbag, ABS, Climatisation, voir même GPS…  L’ensemble des équipements qui sont désormais indispensables étaient disponibles de série ou en option.

L’Opel Vectra brille également par son habitabilité. Que cela soit en 4 ou en 5 portes, l’espace à bord est généreux. Les passagers sont choyés et le coffre suffit à engloutir leur bagage. La version à hayon affiche un volume de chargement de 480dm3 tandis que celle à malle peut engloutir 20 dm3 de bagages supplémentaires.

Le moteur 1.8 16v n’a été lancé en France qu’en 1998 (depuis 1996 en Allemagne). Ce bloc Ecotec, qui brillait par sa modernité, développait une puissance de 115ch à 5400 tr/min et offrait un couple de 17,3 mkg disponible à 3600  tr/min. Si la puissance était dans la bonne moyenne de la catégorie, la lecture de la fiche technique fait  apparaître un couple disponible assez tôt. En effet, les moteurs multisoupapes de l’époque offraient généralement leur pic de force autour de 4000 tr/min. Prometteur sur le papier, le moteur ne décevait pas sur route. Ainsi gréée, la Vectra B se montrait souple et agréable à mener. Hélas, les performances des premiers modèles étaient grevées par un étagement de boîte privilégiant la fiscalité (les fameux 7 CV) et les consommations. Les relances sur les rapports finaux étaient si laborieux, que le petit 1.6 16v de 100 semblait moins anémique que le 1800 cm3. Afin de tirer le meilleur de ce bloc, il est indispensable de le cravacher… et là, c’est la consommation qui s’envole ! Cet écueil a été rectifié sur les modèles restylés qui profitent d’un étagement de boîte optimisé. Ces versions sont par conséquent plus agréables à mener et plus dynamiques. Il convient donc de les privilégier. Elles bénéficient aussi de nouveaux réglages de suspensions qui ont bonifié le comportement routier.


Sans être au niveau des références du moment (Peugeot 406 et Citroën Xantia), la Vectra offrait des aptitudes routières satisfaisantes. A défaut d’être dynamique et en dépit d’une direction qui manquait un peu de feeling, l’Allemande se montrait sûre et prévenante. Les réglages privilégiaient le confort, notamment sur les versions non restylées dont les suspensions trop souples généraient des mouvements de caisse dès lors que le rythme s’accélérait ou que la chaussée se dégradait.

L’Opel Vectra B est désormais tombée aux oubliettes. Elle s’échange sur le marché de l’occasion contre une bouchée de pain. Comme nous l’avons déjà souligné, il convient de privilégier les modèles produits après 1999 puisque pour quelques centaines d’euros en plus, elles offrent des prestations supérieures à leurs aînées. Côté fiabilité, les blocs essences ne posent pas de problèmes particuliers. Il convient néanmoins de s’assurer que les entretiens ont bien été effectués et de garder à l’esprit que les pièces de rechanges Opel ne sont pas nécessairement bon marché.


Si elle n’était pas une référence dans sa catégorie, l’Opel Vectra B est parvenue à se distinguer par son homogénéité ainsi que par son rapport prix/équipement très avantageux. En dépit de sa fiabilité, cette version 1.8 16v tend à disparaître du paysage automobile. Néanmoins ce qui est rare, n’est pas nécessairement cher. L’Opel Vectra B 1.8 16v se négocie à des tarifs très avantageux sur le marché de l’occasion.

Fiche Technique de l'Opel Vectra B 1.8 16v (1998-2002)
Nombres de cylindres: 4 en ligne, 16 soupapes
Cylindrée: 1799 cm3
Puissance fiscale:  7 CV
Puissance maxi:  115 ch à 5400 tr/min
Couple Maxi:  17.3 mkg à 3600 tr/min
Alimentation : Essence
Boîte de vitesse : Manuelle à 5 rapports
Vitesse Maxi: 203 km/h
Reprise 80 à 120km/h
13" (10"1 version restylée) en 4°
18"4 (15" version restylée) en 5°
Consommation moyenne : 8,6 l/100 km
Poids : 1279 kg
Pneumatique : 195/65 R15 V
Prix : Neuf à l'époque à partir de 17 517 € (114 900 F)

Hatem Ben Ayed
(reproduction interdite)
06/01/2016

Toutes reproductions - même partielle - est strictement interdite sans ma préalable autorisation

Untitled Document Vous êtes 4 connectés sur lagalaxie.com