La Maladie des Points Blancs
Ichthyophthirius multifiliis
 
 

bélontiidae

callichthyidés

characidés

cichlidés

cyprinidés

cyprinodontidés

nandidés

poeciliidés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De nombreux points blancs parsement le corps de ce pauvre Scalaire.

Comme tout être vivant, les poissons ne sont pas à l'abri des maladies. Celle des points blancs - souvent comparée au rhume - se rencontre assez fréquemment dans nos aquariums. Hautement contagieuse, cette maladie aux effets macabres se soigne relativement bien à condition de réagir rapidement. Cet article ne traite que de la maladie des points blancs en eau douce (Ichtyophtiurius multifiliis) qui n'a rien à voir avec la maladie du même nom en eau de mer (Cryptocaryon irritan)

Description :
La maladie des points blancs est due à un protozoaire unicellulaire cilié. Les poissons atteints par cette maladie sont recouverts de petits points blancs, comme si ces derniers avaient été saupoudrés de sel !
Outre ces petits points blancs, les poissons malades se reconnaissent à leur comportement typique. En effet, les poissons qui servent d'hôtes à l'Ichtyophtiurius multifiliis deviennent amorphes et cherchent à se frotter contre les éléments du décor et les plantes. Les poissons peuvent aussi montrer des signes de détresses respiratoires lorsque les points blancs envahissent leurs branchies. Il est à noter qu'a ce dernier stade, l'état des poissons doit devenir préoccupant, la mort de ces derniers n'étant plus très lointaine.
L'Ichtyophtiurius multifillis attaque prioritairement des poissons stressés et fragilisés. Ainsi dans de bonnes conditions de maintenance, cette maladie n'a aucune raison d'apparaître pour peu que l'on respecte quelques règles d'or.
Les raisons de cette maladie sont clairement identifiées. Comme nous l'avons dit en introduction, cette maladie est souvent comparée au rhume dans la mesure où elle apparaît après une variation brutale de température (notamment une forte chute de la température). Il convient donc à cet égard de vérifier quotidiennement ce paramètre à l'aide d'un thermomètre.
Cependant, ce facteur ne suffit pas à lui seul afin d'expliquer l'apparition de cette maladie. Il arrive que la maladie apparaisse dans des bacs n'ayant subit aucune baisse de température, mais concomitamment à l'introduction de nouveaux poissons n'ayant pas été mis en quarantaine ! La maladie des points blancs se propageant par contagion, il suffit d'introduire un individu porteur du parasite pour contaminer toute la population de l'aquarium…
Avant de passer aux traitements, il convient au préalable d'étudier le cycle de vie de ce protozoaire.

La maladie ne peut être détectée que dans sa phase infectieuse. En effet, durant cette étape les tomites se fixent sur la peau, les nageoires et les branchies des poissons. Face à cette attaque, l'organisme de ces derniers se défend et réagit en émettant des petits points blancs là où les parasites ont élu domicile jusqu'à ce que survienne la 2° phase de leur cycle de vie.

Cette deuxième phase est celle de la multiplication. Les tomites quittent leurs hôtes et tombent dans le fond de l'aquarium ou sur les plantes. Le parasite gagne une membrane et devient alors un kyste. S'ensuit une série de divisions cellulaires par scissiparité (la cellule se divise en 2, puis en 4, puis en 8 .). A force de se développer, le kyste finit par éclater et donne ainsi naissance, en quelques heures, à plus de 1000 tomites prêt à infester les poissons !

Vient alors la 3° phase durant laquelle le protozoaire est vulnérable et pendant laquelle les traitements sont efficaces. Les protozoaires qui peuvent se déplacer grâce à leurs cils sont à la recherche d'hôtes pour s'y fixer. S'ils ne trouvent pas de poissons, les tomites finissent par mourir au bout de 2-3 jours.

Traitements :
L'Ichtyophtirus multifiliis ne se reproduisant pas sur les poissons mais dans le sol de l'aquarium, il faudra préférer la solution consistant à traiter l'ensemble de l'aquarium, plutôt que de traiter les poissons malades dans un bac hôpital !
Quel que soit le traitement envisagé, il est recommandé d'augmenter progressivement la température vers 29°C (31°C pour des Discus). Cependant, avant de vous jeter sur votre combiné chauffant, il convient de vérifier au préalable que les poissons occupants l'aquarium sont aptes à supporter une telle chaleur.
Cette augmentation de température offre deux avantages. D'une part, elle permettra de renforcer le système immunitaire des poissons. Ainsi, lorsque les poissons sont en " bonne forme " et qu'ils sont très peu atteints, cela suffira parfois à enrayer cette maladie. D'autre part, cette hausse de la température permet d'accélérer le cycle de vie du protozoaire, qui n'est vulnérable que lorsqu'il est à la recherche d'un hôte. Le cycle étant accéléré, le traitement n'en sera que plus efficace et rapide.

Du côté des traitements, il existe deux solutions.

La moins onéreuse consiste à utiliser du chlorure de sodium ou du sel non iodé et non fluoré (à raison de 2 à 5 g/l). Assez efficace dans la mesure où elle vide le protozoaire de son eau, cette solution n'est guère supportée par tous les poissons. Les petits poissons -notamment - se montrent nettement plus fragiles puisque l'utilisation de cette méthode produit les mêmes effets aussi bien sur les poissons que sur les protozoaires …

La seconde solution consiste à utiliser du Vert de Malachite (certains aquariophiles recommandent d'utiliser plutôt du Bleu de Méthylène) ou un médicament prévu contre les points blancs (ex : Sera Costapur, etc…). Si l'efficacité de ces produits est redoutable, ils ne sont hélas guère supportés par les poissons qui ne sont pas munies d'écailles, tels que les Loches ou les Corydoras. Dans ce dernier cas, il semblerait qu'il suffise de diviser les doses prescrites (voir les notices d'utilisations) par deux pour contourner ce problème.

Quel que soit, la méthode choisie, il convient de continuer ce dernier même après la disparition des petits points blancs afin d'éviter leur réapparition. C'est seulement deux-trois jours après la disparition des points blancs que le traitement pourra être stoppé.
La façon dont prend fin le traitement dépend de la solution utilisée. Si vous avez utilisé du sel, il faudra changer 10% de l'eau sur plusieurs jours afin de faire retomber la salinité de l'eau progressivement vers des valeurs habituelles. A l'inverse, si la voie médicamenteuse a été privilégiée, il est recommandé de changer 25 % de l'eau (d'un coup) et de filtrer sur charbon actif afin de supprimer toutes traces de médicaments.
Pour que vos poissons ne rechutent pas, il faudra vérifier que l'eau nouvelle est à la même température que l'eau du bac.

Commune en aquarium, la maladie des points blancs est assez aisée à soigner. Les débutants n'ayant pas de notions de chimie ou ayant peur de mal faire se rendront de préférence chez leur détaillant acheter un traitement spécial contre les points blancs.

H.Ben Ayed alias Ramses2

19/01/2005

(reproduction interdite)



LES AUTRES MALADIES













 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

 

 

 




















































     
     

Untitled Document Vous êtes 5 connectés sur lagalaxie.com